dimanche 15 juin 2008

autre-cas, solo






































Autre-cas

Dialogue________________________________________

- Hier j’ai regardé les oiseaux et je n’ai rien dit.

- Je sais.

Tout était calme, posé, pas de secousses…

- Je n’ai pas eu de bourdonnements non plus.

- Non. Tes mains étaient posées sur tes cuisses…

- Je respirais.

- Oui, tu respirais et l’histoire se reformait,

puisant dans nos silences un nouveau souffle.

- Peut-être que le voyage de l’autre côté du monde

prenait fin et que ma destinée était celle d’agir,

en répétant toujours les mêmes gestes.

- Tu valsais de l’immobilité à la chute.

- Ma construction quotidienne tenait de l’allégeance

du corps devant une volonté meurtrière.


- Chaque victoire que l’on s’accorde,

doit-être la bien nommée.

- Oui, c’est dit.

- Je ne veux pas encore oublier,

on me plante un couteau dans le dos, tu coupes le pain…

- Sur mon cahier je transcris les mots d’un autre,

je colle une photographie, tu dessines un chien.

- On dit que l’on doit préserver le secret de tous

les beaux livres, que l’on arrive plus à fermer.

- Des mots, ils nous tombent des mains ces morts.

Même la poussière ne peut les nommer.
(...) LM 07

1 commentaire:

Mariz a dit…

Salut!

Rêves...

Mariz