lundi 12 mai 2008

les harengs poussent par la tête







Les harengs poussent par la tête




Première partie
1ère scène : « La chaussure en vair-verte «

2ème scène : « Le bazar à vanités ou le baroque explosé «

3èmescène : « Va, va le Magnifique «

18’:O4

( changer l’ambiance, l’éclairage )

Deuxième partie :

4ème scène : « None altro amore «

5ème scène : « La banquière «

6ème scène : « Tableaux PR «

12’:OO

Total : 30’ : O4

1ère scène : après les percussions ( dans le noir total ),

couloir lumière, entrée lidia par jardin,

aux pieds, une seule chaussure verte et poilue….

Marcher en parallèle au public, voix, souffle, mer.

Equilibres, déséquilibres.

Poser le coussin au sol sur le « petit-pois « , une balle orange collée au sol.

( Fond de scène, milieu ), chant, texte, poser la chaussure sur le coussin, passer au-dessus.

Texte chanté :

« La poésie a inventé le monde, et le monde l’a oublié « ,

a dit Yannis Ritzos.

Dans la sécheresse du cœur, Dieu se cache-t-il pour pleurer,

si oui, qui le console ?

Possède-t-il un lieu dit pour ?

Une tache blanche, un os de seiche, un chant agoniste.

Dévorer, dévorer sans cesse, sans que la métamorphose

Fasse de nous, un papillon à la nuit brève, ( bis)

L’abîme me regarde, j’écoute…, pause-tricot. «

J’entame une diagonale vers le front de scène, à jardin.
Eclairer l’avant-scène.

[ 7’:14 ]

2ème scène : « Le bazar à vanités d’un soir «

Emerentienne entre fond-jardin, parallèle au public

Et pousse un chariot, dessus un sac avec des éléments scéniques, qu’elle dispose devant le coussin qui reste éclairé au fond milieu.

Lancer une lumière globale.

Je suis assise à jardin.

Trouver une ambiance pas très forte.

J’ai du fil blanc dans les mains que je déroule en chantonnant

et en faisant le tour sur place. Un tour entier.

« Il faut beaucoup de temps pour devenir jeune.

Doucement, je suis pressée…

Heureux les fêlés car ils laissent traverser la lumière.

Ah ! mes amis d’esprit.

Il est tard, il est déjà très trop tard… c’est fait et plus à refaire ( bis ).

La vocation au théâtre se vérifie bien des années plus tard,

a - dit George Strehler

Si vous pouvez l’imaginer, vous pouvez le faire.

Rien de ce qui a été dit ce soir n’a pu être voulu.

Le monde est en nous, il est à l’intérieur de nous, il est sans fond.

Ah! mes amis d’esprit «.

Je lance la pelote blanche, changer de lumière, plus générale.

Il y a une relation entre nous deux, voir la balance de la lumière.

Elle va s’asseoir côté-cour, près du public en poussant le chariot

Je dois sortir en déplaçant le petit banc vers le milieu de scène.

Déséquilibres jusqu’au bout, à la sortie.

3ème scène : » Va le Magnifique, va, va, va «

Musique grecque, chant de femme.

Entrée d’Isabelle avec la tête du cheval.

Elle longe le couloir du fond, reste face public côté cour,

avance en diagonale vers jardin,

et s’allonge à la fin devant scène jardin.

Eme reste assise près du public à cour.

Chant à capella, lidia entre au fond,

éme va poser la tête du cheval

fond cour sur le banc, elle sort.

Isabelle se lève et sort aussi.

Solo lidia sur un fado, j’occupe le milieu scène, lumière générale,

je vais vers le fond-cour, autour du cheval, assise et au sol.

Je déplace la tête du cheval jusqu’à jardin près du public en faisant une diagonale.

( éme se change en peau d’âne, banquière, avec son petit seau

plein de pièces de monnaie.

Isabelle s’est changée aussi, perruque blanche longue et robe claire ).

Fin de la première partie.

Changement de lumières et d’ambiance.

Quelque chose de plus sombre, plus mystérieux.

[ 18’:04 ]

1ère scène de la deuxième partie : « None altro amore «

Emerentienne entre en lançant ses pièces de monnaie,

Comme si elle donnait à manger aux poules…

Je déplace la tête du cheval jusqu’à jardin près du public en faisant une diagonale.

C’est une action simultanée.

Je danse au sol et je reviens un peu plus sur cour, éme va se placer à jardin, laisse son petit seau et isabelle rentre, diagonale vers cour,

près du public.

Eme sort au fond, je reste avec isa, on se croise, elle va se placer à cour, moi, à jardin.

On a un duo au sol, éme revient avec des robes longues posées devant son corps, une pour chacune de nous.

Elle fait le parcours du fond et place les robes en devant scène,

elle ressort.

Isabelle et moi faisons un duo avec des arrêts images

de tableaux de Paula Rego, à différentes places sur scène.

Trois poses, plus une avec éme qui revient pour cela.

Chant à capella par lidia autour du tas d’objets à cour auprès

du public.

Baisser la lumière pendant la chanson, fin et noir.

LM. 2 avril 06


3 commentaires:

amfm a dit…

Obrigada por partilhares estas coreografias. Mas fico com muita pena de não ver!

LM,paris a dit…

Oui, bonsoir amfm,
je voudrais danser pour mes amis!!!Alors j'ai pensé passer, mes notes ici, même si c'est un peu long ou abstrait...
j'ai dansé avec mes deux compagnes
à paris ce spectacle...si tu veux je peux t'envoir un dvd de la performance!
Bonne nuit ,ângela.
LM

amfm a dit…

un dvd?! c'et vrai????

t'as mon mail, si c'est vraiment possible, écris-moi.

bisous
ângela